[C O M P R E N D R E]#5 : L’éternelle guerre épouses-maîtresses.

Tu as toujours été intriguée par la guerre des femmes pour les hommes. Tu t’es toujours demandé comment des êtres humains pouvaient se faire autant de mal pour essayer de gagner ou de garder l’attention ou l’affection d’autres êtres humains. Ça t’a pris du temps pour réaliser que tu ne comprenais pas ces choses juste parce que toi, tu es bizarre. Parce qu’en fait, ces choses, c’est pour les gens « normaux ». Ça t’a pris du temps pour comprendre mais tu as fini par comprendre et c’est le plus important.

En Afrique, les histoires de jalousies entre femmes sont nombreuses. Il y en a tous les jours. Il n’y a que ça en fait. On dirait que nous n’avons rien de mieux à faire! Les histoires simples finissent en petites disputes ponctuées d’insultes. Les histoires corcées finissent avec des blessures légères ou graves (ça dépend). Les pires finissent avec un cadavre à amener au cimetière.

L’histoire qui t’a choquée le plus, tu l’as vécue dans ta « désormais-ex-belle-famille ». À l’époque, tu étais encore mariée et tu avais déjà commencé à expérimenter la manipulation masculine. Disons que tu avais déjà commencé à apprendre les bonnes leçons de la vie. Tu étais jeune, mais tu étais déjà une bonne observatrice et une grande « cogitatrice ». Tu réfléchissais beaucoup aux événements et tu développais ta capacité à apprendre des erreurs des autres.

Voici l’histoire qui t’a ouvert les yeux sur l’absurdité de la guerre épouses-maîtresses.

***AVERTISSEMENT ***

Cet article est une fiction inspirée d’histoires vécues dans un monde parallèle. Toute ressemblance avec une partie ou la totalité de votre réalité n’est que le fruit de votre imagination.

Ces événements se déroulent en Afrique de l’Ouest,

2008 ans après J.-C.

Ce dimanche, c’était un jour de Noël et c’était aussi un jour de fête d’anniversaire pour la Mémé de la famille. Tout le monde était présent autour de la table pour la fête : les tontons, les tanties et les enfants. La table était bien garnie : à manger, à boire. Tous les bons mets du pays. Toutes les boissons : eau, liqueurs, vins, bières, sodas, jus. Bref, la fête s’annonçait belle.

Autour de la table il y a avait un couple : Tonton C. et sa femme ; appelons-la Madame2 (vous allez comprendre pourquoi).

À un moment, une autre femme est venue à la fête. Elle était accompagnée de ses deux petites filles : deux magnifiques jumelles. Celle-là on va l’appeler Madame3 (vous allez comprendre pourquoi).

Dès que les jumelles se sont assises autour de la table avec leur maman, Madame2 a commencé à renfrogner la mine et à lancer des regards assassins à Tonton C. et à Madame3. Un grand malaise s’est installé autour de la table. Seuls les enfants s’en fichaient. Subitement, Madame2 s’est levée, elle a soulevé deux bouteilles de bière sur la table et elle s’est lancée sur les jumelles voulant les frapper sur leurs têtes avec les deux bouteilles !!

Les tontons se sont précipités sur Madame2 pour l’empêcher de frapper les enfants. Les tanties ont pris les jumelles et leur maman pour les éloigner de la table. Tout le monde s’est levé pour faire quelque chose SAUF TONTON C. ! Dans cette bagarre, il était resté assis calmement. Il observait la scène avec un mélange d’indifférence et de dégoût ! Pourtant, ces jumelles, ce sont ces enfants ! Le pire : Madame2 et Madame3 sont des cousines !

En fait, Tonton C. était marié avec une première femme (Madame1) et en bon africain viril il avait aussi une maîtresse. Quand Madame1 est morte, la maîtresse est devenue la nouvelle femme : Madame2. Cette dernière a fait venir sa cousine pour l’aider dans son atelier. Et en bon africain viril, Tonton C.  a enceinté la cousine qui a accouché des jumelles.

Quelques années après cet incident, la maman des jumelles a décidé de  « quitter » Tonton C.  pour « aller se marier »  avec un autre homme (qui la traitait mieux, parait-il). Elle a donc amené les jumelles chez leur père pour pouvoir  se marier  avec un autre homme ! C’est-à-dire qu’elle a amené ses enfants chez la femme qui avait voulu les tuer quelques années plutôt !

Est-ce que Madame2 qui a été maîtresse elle-même s’attendait à ce que Tonton C. devienne subitement fidèle ?!  Est-ce que Madame3 qui a vu cette violence sur ses enfants s’attendait à ce que sa cousine devienne tout à coup aimante pour pouvoir les éduquer correctement ?! 

De cette histoire, tu as tiré deux conclusions : 1) les femmes sont folles et 2) les hommes sont heureux.

Oui! Les femmes sont folles.  Mais peux-tu comprendre d’où vient cette folie ? Comment comprendre? Il faut comprendre…

Comprendre l’homme : le Roi des faire-semblants (Mouton ou Chef, à volonté)

Tu es toujours amusée quand tu entends les femmes dire « Oh, tu sais les hommes sont comme des enfants, ils ne savent pas ce qu’ils veulent » !  La meilleure : « Je dois veiller sur mon homme pour qu’on ne me le vole pas ».  Le voler ! C’est un mouton, ton homme ?!! Les femmes sont convaincues que les hommes sont bêtes. Des moutons, incapables de réfléchir et de choisir ; encore moins de décider et d’assumer leurs actes. Alors que c’est tout le contraire ! Les hommes sont des êtres très intelligents. Pas toujours sages certes, mais intelligents.

Tu as compris que les femmes se sont faites avoir et qu’elles n’y ont vu que du feu ! Très peu de femmes ont compris que « le jeu » est un jeu qui arrange les hommes et que la seule manière pour eux d’être les gagnants c’est de faire semblants d’être bêtes quand ça les arrange. Et ça marche à tous les coups (enfin, presque!).

Tu comprends (et tu voudrais faire comprendre) que l’homme sait ce qu’il veut et ce qu’il ne veut pas. L’homme connait tous ses besoins et ses désirs. Il sait très bien ce qu’il veut. Mieux : l’homme sait que ce qu’il veut n’est pas compatible avec ce que la femme veut.

  • L’homme veut assumer le rôle de responsable de la famille que la société lui donne. Mais il veut aussi s’amuser, se faire plaisir, donner libre cours à son instinct de chasseur et faire toute sorte de bêtises sans être critiqué ! Il veut avoir une adresse fixe (maison, épouse, enfants) et il veut aussi avoir une (ou des) copines(s) pour le reste.
  • La femme (épouse ou maîtresse) veut que l’homme fasse d’elle une exclusivité ou une priorité. Elle veut être la seule femme qu’il va voir, désirer et aimer. Elle rêve d’être l’unique dans l’esprit de l’homme. A défaut d’être l’unique, elle souhaite être la préférée.

L’homme sait très bien que ce qu’il veut n’est pas compatible avec ce que la femme veut. Il sait aussi qu’il ne peut pas présenter ses réels envies à la femme, car la femme va le déranger sérieusement (ou le tuer !). Donc pour éviter les problèmes, il choisit d’utiliser l’une ou l’autre de ces deux techniques de manipulation pour se dédouaner de la responsabilité de son choix d’avoir plusieurs femmes dans sa vie :

Technique 1 : La victimisation. L’homme va dire à son épouse qu’il se fait draguer. « La femme-là me cherche, elle me harcèle, je ne sais pas quoi faire…blablabla » . Parallèlement, il va dire à la maîtresse qu’il se fait maltraiter : « Ma femme n’est pas gentille, elle me fatigue…elle est folle… j’ai même peur de la quitter…blablabla». La technique qui marche à tous les coups et là, les femmes se mettent à se battre, chacune étant convaincue qu’elle est la bonne et que c’est l’autre qui est la méchante.

Technique 2 : L’indécision. L’homme va refuser d’en discuter ou de choisir clairement entre l’épouse et la maîtresse. Il va faire planer le doute aussi bien chez l’épouse que chez la maîtresse. Chacune va alors tirer la conclusion que l’homme ne sait pas ce qu’il veut et qu’il va falloir se battre pour être celle qui va gagner le cœur de l’homme.

Ces techniques sont très efficaces parce qu’elles permettent à l’homme d’avoir ce qu’il veut sans passer pour le méchant aux yeux de l’épouse ou de la maîtresse. Il est gagnant et il est heureux!

Comprendre l’épouse : la Reine du stress, l’opprimée fière de sa condition

Tu as remarqué que l’épouse est la femme qui doit gérer un maximum de stress. La société n’est pas tendre avec elle ! Quand il y a une maîtresse, l’épouse passe toujours pour la mauvaise femme. Elle sera traitée de tous les noms : l’incapable qui n’a pas su garder son homme. On dira qu’elle ne maîtrise pas le Kamasutra et les techniques de séduction. On dira qu’elle ne sait pas bien faire la cuisine. On dira qu’elle n’est pas propre. On dira qu’elle parle trop. On dira qu’elle est trop jalouse et que c’est cela qui fatigue l’homme. Si, c’est une femme intellectuelle, on dira qu’elle est arrogante et qu’elle ne respecte pas son mari. Dans certains cas, on dira même qu’elle est une mauvaise mère. Ce ne sont pas les raisons qui vont manquer pour justifier la présence des maîtresses : l’épouse est toujours la fautive, un point barre.

L’épouse est la femme du stress incessant.

Tu as compris que la vie de l’épouse est une vie de lutte dans un combat perdu d’avance. Parce qu’elle se bat pour des choses pour lesquelles on n’a pas besoin de se battre en réalité : l’Amour et le Respect.

Tu as compris que l’épouse est la femme qui devra beaucoup prendre sur elle pour préserver sa Dignité. Et ce ne sera jamais facile pour elle.

Tu as compris que l’épouse reste la femme vulnérable qui ne sait jamais ce qui peut lui arriver. Elle va craindre les maladies sexuellement transmissibles. Elle va craindre les menaces des maîtresses. Elle va craindre les enfants illégitimes. Elle sera toujours dans la crainte et elle sera seule à gérer ce fardeau : bonjour la dépression. Après, on s’étonne que les églises sont toujours remplies de femmes déchirées par le stress et l’anxiété.(Hum!)

Tu as compris que le stress le plus dur pour l’épouse est celui de ne pas connaitre la (ou les) maîtresses en question alors que ces dernières la connaissent. L’épouse est la femme qui marche dans la ville sans savoir que les femmes qu’elle croise sont en fait les maîtresses de son mari. Cette situation rend l’épouse très vulnérable et cela lui donne un sentiment permanent d’être humiliée. Mais ça, tout le monde s’en fout. Ce n’est pas si grave si une femme souffre, nous sommes en Afrique et il y a des problèmes plus sérieux que ça. N’est-ce pas?

Tu as aussi compris que l’épouse doit toujours s’inventer des astuces mentales pour gérer tout ce stress. Elle arrive ainsi à se convaincre qu’elle est la femme la plus importante de l’Univers et qu’elle a plus de valeur que toute les « femmes de dehors ». Les traditions et les religions l’aident dans cet exercice et c’est très bien! Elle peut ainsi exhiber sa bague et ses photos de mariage; elle peut parler de ses enfants, de sa dote et des projets qu’elle a avec son homme. Elle se console aussi en se disant que pour ce « noble rôle » d’épouse, elle a été l’élue et ça la rassure également de se dire que son rôle est le rôle béni par Dieu le Père-Tout-Puissant.

Lorsque l’épouse se met à insulter les « Tchiza » en les traitant de « putes », de « salopes » etc…, tu comprends son désarroi et tu arrives à lui pardonner son manque de discernement : elle ne réalise pas que si prostitution il y a, c’est que son mari est le client de ces putes. Qui paye les sorties avec la Tchiza ? L’homme bien sur. L’épouse ira jusqu’à se convaincre que son homme est forcé par les Tchiza alors que souvent, c’est l’homme qui insiste pour  investir et sortir avec ces femmes du dehors. Bref, tu as compris que dans le système patriarcal, l’épouse est l’opprimée du mariage qui fait tout pour rester fière de son rôle.

Comprendre la maîtresse : la Reine de l’illusion, manipulatrice et manipulée

Comprendre la maîtresse ? Voilà un exercice ! Ça n’a pas été facile, mais tu as fait des efforts pour comprendre ces femmes de dehors. Les Tchiza. Les deuxièmes bureaux….

Tu as compris qu’il y en a deux types :

  • Les tranquilles, qui assument leurs rôles de maîtresses et qui n’exigent pas plus de leurs amants. Amoureuses et dociles, elles savent rester tranquilles, attendre sagement leur tours et se contenter de que l’homme leur offre ;
  • Les agitées, qui sont toujours en train de chercher à devenir des épouses. Intéressées, elles n’hésitent pas à menacer la femme « officielle ». Elles veulent faire des enfants, avoir l’homme 20 jours/mois et s’afficher partout avec lui.

Ces Tchiza agitées sont des femmes qui vivent dans l’illusion totale. Elles sont convaincues qu’elles peuvent utiliser leurs beautés physiques et leurs manipulations sexuelles pour amener les hommes à divorcer de leurs épouses ! Evidemment, les hommes les laissent croire que cela est possible alors que ça ne l’est pas du tout.

Certaines tombent enceintes, alors que l’homme ne le veut pas. D’autres passent des années à prendre des hormones pour essayer de tomber enceinte alors que l’homme s’est déjà fait faire une vasectomie ! Cette illusion de devenir un jour l’épouse peut durer 10 ans, 20 ans; ou plus ! Et c’est quand elles arrivent à la vieillesse et que leurs corps ne sont plus si sexy qu’elles comprennent qu’elles se sont faites avoir.

Tu as compris aussi que la maîtresse est la femme qui essaye de se convaincre qu’elle est la seule Tchiza de l’homme. Elle croit surement qu’elle a quelque chose de spécial qui fait qu’elle serait la seule femme avec qui l’homme va tromper sa femme ! Tu te dis que c’est possible… mais tu te demandes quand-même : quelle serait donc cette chose si spéciale qu’une femme aurait et que les autres femmes n’ont pas?! À chercher !

 « Je suis la seule à te le rendre dingue »  est une phrase qu’une Tchiza dira juste pour se la péter et essayer de provoquer l’épouse. Si non, comme le chante si bien Shan’L, il y a l’épouse et la maîtresse et puis celle qu’on ne connaît pas. À méditer !

Peace & Love,

AmaZone.

Auteur : Faby I. AmaZone

Auteure et Blogueuse. Passionnée par le Bien-être, la Santé Mentale et comportementale, le Développement Personnel et la Spiritualité.

5 réflexions sur « [C O M P R E N D R E]#5 : L’éternelle guerre épouses-maîtresses. »

  1. Belle article Faby, les jeunes filles on t besoin d’une éducation qui leur permettrait de croire en elles et developper leur potentiel et non juste rêver de mariage.

    J'aime

  2. Yampaye inka la vache. depuis tt petite j’ ai toujours su que il ya des batailles qu’il ne faut pas entamer dont les combats avec les tchiza si tu apprend qu’elle existe. soit tu part ou tu assume et tu meurt!

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s