Episode 1 [BÉNIE] Le début du commencement.

[Précédemment :  Lire : Intro[BÉNIE]

CES ÉVÉNEMENTS SE DÉROULENT EN NOVEMBRE 2017

C’est l’après-midi. Après avoir ramené les enfants de l’école et leur avoir servi à manger, Bénie s’installe devant son ordinateur. Comme d’habitude, elle va consulter ses e-mail, naviguer un peu ici et là sur internet et surtout elle va lire. Elle va beaucoup lire sur les pages de ses mentors qu’elle suit sur internet. Depuis bientôt trois ans, cela est devenu vital pour elle, tellement elle a des défis à relever.

En ouvrant sa boite e-mail, elle remarque un e-mail et elle écarquille les yeux.

Avertissement : Cet article est une fiction inspirée d’histoires vécues dans un monde parallèle. Toute ressemblance avec une partie ou la totalité de votre réalité n’est que le fruit de votre imagination.

Elle reconnut tout de suite ce Bureau d’Etude qui l’avait contactée trois semaines plutôt… « BeU Consulting ». Un mois plus tôt, elle avait eu l’information de façon tout à fait fortuite par un ancien collègue et elle avait envoyé son CV juste comme ça, sans y penser presque. Et voilà l’email.

Bénie l’ouvre et elle n’en croit pas ses yeux ! « Oh mon Dieu », dit-elle à haute voix.

Premier réflexe, elle attrape son téléphone, cherche le contact de sa mère et lance l’appel.

A peine, la maman a décroché qu’elle lui crie : MAMAN ! Tu ne vas pas le croire ! ILS M’ONT ECRIT MAMAN ! C’est bon ! J’ai obtenu le poste ! J’ai le travail…

-Wow ! Félicitations ma fille ! Dieu merci. Dieu merci. Vraiment Dieu est bon!

-Oui maman. Ça me dépasse… Wow ! C’est un miracle…

– C’est sûr ma fille, c’est sûr. Je viendrai te voir demain, on en reparlera.

– D’accord maman. A demain !

Subitement, elle ressent une envie de rire et de pleurer en même temps, tellement elle est submergée par une tonne d’émotions et de souvenirs… Elle va dans sa chambre, s’installe en position de lotus et ferme les yeux…Comme un film, sa vie des deux dernières années défile devant ses yeux…

Elle revoit cette terrible nuit de Septembre quand elle avait appris que sa domestique qui gardait ses deux enfants était enceinte de  son mari…Domestique? Même pas! Une fille que Bénie avait adopté dans son cœur et éduquée comme sa fille. Elle revoit encore le comportement éhonté et irrespectueux de Nipo quand elle lui avait mis devant le test de grossesse de la fille…Elle le voit encore dire : « Ce qui se passe entre la domestique et moi ne te concerne pas »… Elle s’entend encore lui répondre : « Je ne peux plus vivre avec toi… ». Elle voit encore les yeux Nipo dépourvus de toute émotion quand elle lui avait demandé s’il était conscient de ce qu’il était en train de faire…Depuis l’incident, il avait disparu de la maison, et il apparaissait pour prendre ses habits et repartait calmement sans dire un mot. Bénie se rappelle…

Elle sent encore comment sa tête et son cœur étaient lourds pendant la semaine qui a suivi cette nuit…Au cours de cette semaine, elle avait entendu des choses, elle avait vu des choses qu’elle n’aurait jamais imaginées…Elle revoit les larmes qui avaient coulé de ses yeux quand elle avait compris qu’il y avait là un mal qu’elle devait fuir à tout prix…Elle se voit encore faire les bagages, prévenir sa mère, informer sa sœur et remplir la voiture des sacs pour partir…Elle se rappelle comment elle agissait comme un robot en évitant de trop penser à ce qui l’attendait demain…

Elle se voit encore fermer la porte de la maison, ouvrir le portail, sortir la voiture et partir…Elle se rappelle comment ses mains serraient fort le volant en écoutant les enfants Undo (6 ans) et Enzo (3 ans) qui s’amusaient joyeusement sur le siège arrière… Elle se revoit partir…quitter…s’éloigner…avancer vers l’inconnu. Bénie se rappelle…

Elle se rappelle comment après son départ du domicile conjugal son cœur était lourd et son cerveau embrouillé. Elle se rappelle comment elle avait l’impression que ses poumons étaient devenus petits et qu’elle n’arrivait plus à bien respirer. Elle se rappelle son étonnement quand un jour Nipo lui avait dit « Je ne suis pas venu te demander pardon.  Je te propose de revenir sur ta décision de divorcer. J’ai fini avec la domestique et j’estime que la place de ma femme est à mes cotés ». Elle se rappelle cette grande envie qu’elle avait de pouvoir comprendre un jour pourquoi un homme, un mari, un père pouvait se comporter comme si sa femme et se enfants n’avaient pas de vraie valeur à ses yeux.

Elle se rappelle qu’elle priait tous les soirs pour pouvoir comprendre cela…Et elle se rappelle bien du jour où la réponse était venue…Par hazard, un bon jour en naviguant sur internet elle se rappelle de ce qu’elle avait ressentie en comprenant la définition de ce qu’on nomme communément MPN « Manipulateur Pervers Narcissique »…Et elle se rappelle comment en l’espace de deux semaines, elle avait eu des réponses claires aux questions qu’elle se posait depuis plus de 10 ans. Bénie se rappelle…

Elle se rappelle comment elle s’était sentie incomprise par les amis de Nipo qui l’ont accusée de vouloir « dépeindre » leur copain et salir sa réputation d’homme gentil, intelligent, compétent et intègre.

Elle se rappelle le moment précis où elle avait décidé qu’elle allait demander le divorce au tribunal. Elle se rappelle le moment précis où elle avait décidé de ne plus se remarier. Elle se rappelle…

Elle se rappelle la réaction de Nipo qui avait choisi de rédiger un document sale qu’il avait partagé à la famille, les amis et les connaissances de Bénie ; sans honte de mentir, sans honte de se victimiser, sans peur de menacer Bénie et sans regret du mal causé…Le jour où Bénie avait lu ce document, elle avait eu une confirmation de plus que Nipo est un MPN et elle avait décidé de faire tout le travail nécessaire sur elle-même pour couper les liens émotionnels qui la liaient à cet homme.

Elle se rappelle comment ça lui avait fait mal d’entendre un ami de Nipo lui dire « Si tu veux divorcer, je ne veux pas être mêlé de ce qui va se passer entre vous ». Elle se rappelle comment elle avait été agacée d’entendre une tante lui dire : « Je suis allée voir Nipo chez lui dans sa nouvelle maison, il nous a expliqué… je ne veux plus que tu me dises que c’est un manipulateur… ». Bénie se rappelle…

Elle se rappelle les commentaires des gens qui disaient qu’elle allait bientôt « rentrer ». Certains disant qu’elle était « fâchée » ou « en colère » et qu’elle allait « rentrer » quand cela allait passer. Même Nipo avait écrit qu’il s’attendait à ce qu’il rentre à la maison trois mois après son départ du domicile conjugal!  à l’époque, presque personne ne l’avait comprise et Bénie n’avait pas pu comprendre pourquoi…

Elle se rappelle comment pendant les deux dernières années, elle avait vécu sous le stress et surtout sous les dettes avec deux enfants à sa charge… sans travail, sans revenu permanent. Deux enfants, deux ans, sans travail. Bénie se rappelle…

Elle se rappelle du soutien moral et financier de sa mère et de ses frères. Qu’est-ce que je serais devenue sans ma mère et mes frères ? se demande-t-elle. 

Episode 1 SansFondBénie se rappelle…

Assise là en position de méditation dans sa chambre, elle ne médite pas vraiment. Elle repense à  toutes ces douleurs du passé mais elle ne pleure pas. Les larmes ne coulent plus de ses yeux…. Après 10 ans de mariage dont 5 ans de stress conjugal permanent (sans savoir pourquoi), Bénie avait assez pleuré; mais ça c’était avant. Pour elle, avoir  pleuré lui donne toute la capacité d’apprécier la Joie et avoir été tourmentée lui permet de chérir la Tranquillité et la Paix.

D’un geste machinal, Bénie touche ses yeux avec ses mains et puis elle les ouvre. Elle se lève et prend encore son téléphone. Dans WhatsApp, elle recherche Vonso (son ancien collègue qui l’avait aidé à avoir l’information du recrutement chez BeU Consulting). Elle rédige un message [Bonjour Fonso. Ils m’ont contacté pour le poste-là ! Tu avais vraiment raison de m’encourager à envoyer mon CV. Merci infiniment infiniment ! Le contrat va suivre, je te rappellerai pour te dire. Bonne soirée].

Le lendemain matin, la maman de Bénie arrive chez elle comme promis.

-Alors, raconte-moi ma fille. Ils t’ont contactée directement avec le contrat ou bien ?

-Non maman. L’e-mail d’hier, c’était juste pour me dire que j’étais retenue. Ils vont m’envoyer le contrat d’ici la semaine prochaine. Mais déjà, ils m’ont dit que je commence le mois prochain.

– Wow ! C’est vraiment super ma fille ! Dieu est bon.

– C’est un miracle maman, je t’assure. Tu te rappelles non comment j’ai appris pour le poste ? C’est un ancien collègue, il s’appelle Vonso. Depuis que j’ai accouchée de Enzo on ne n’était pas vus.

– Oui, normal car tu n’étais plus en poste permanent depuis la grossesse de Enzo.

– Oui ! J’avais opté pour laisser tomber la carrière et travailler comme consultante…Je pensais prendre la bonne décision pour les enfants et pour la famille… Je ne savais pas que ça allait tourner autrement. Bref, je disais que Vonso là, c’est par hazard que j’ai repris contact avec lui …

– Ah bon ? Comment ça s’est passé ?

– En fait, un jour j’étais en train d’envoyer le visuel de mon livre à des contacts, juste comme ça et je lui ai envoyé aussi.

– Ton livre sur le développement personnel ?

– Oui maman.

– Et après ?

– Eh bien, après il a répondu que ça l’intéresse et il est venu chercher le livre. On ne s’était pas vu depuis 5 ans je crois ! Il a aimé le livre et il a commandé d’autres copies pour ses amis. Je l’ai beaucoup remercié car c’est avec l’argent de ces livres que j’avais payé la cantine des enfants deux fois.

– Oh ! Wow ! Dieu merci alors pour ce livre.

– Oui maman. Vraiment.

– Et donc, c’est par après qu’il t’a informé du travail ?

– Oui ! Un jour j’étais chez moi et là il m’appelle et me dit qu’il y a un poste ouvert chez BeU Consulting et qu’il y a beaucoup de personnes qui sont en train de postuler. En riant il m’a dit qu’il avait oublié de m’en parlé car il pense à moi comme écrivaine et non comme consultante Hahahah

– Hahaha, c’est drôle…

– Du coup, il m’a donné leur adresse et m’a dit de tenter ma chance. Et c’est ce que j’ai fait. J’avais même oublié de le faire, tu te rappelles non ? Le jour où on faisait tes courses pour ton dernier voyage là ?

– Oui, je m’en rappelle bien. C’était donc ce jour ?

– C’était ce jour-là ! J’ai envoyé le CV tard la nuit. Et franchement après, j’ai oublié même que j’avais envoyé mon CV ! Et voilà hier j’ai eu la réponse. Mon Dieu, je n’en reviens pas maman.

– Tu es Bénie ma fille. Ton nom a sa vraie signification. Dieu te bénit et tu le mérites.

– Merci maman. Je suis Bénie vraiment.

Bénie est une femme qui a pris le temps d’user (voire d’abuser) des techniques de développement personnel. Il faut dire qu’avec ses problèmes conjugaux et sa décision de divorcer d’un MPN, elle avait dû chercher les moyens de tenir bon pour ne pas sombrer dans l’aigreur, la médiocrité, la haine et la folie. En deux ans de travail sur sa croissance personnelle, on peut dire qu’elle a relevé le défi : elle est toujours debout et un travail vient de la trouver. Oui, on ne peut pas dire qu’elle a trouvé ce travail puisqu’elle ne l’a pas vraiment cherché. C’est ça aussi les bénédictions : vous êtes là et les choses dont vous rêvez vous trouvent.  

Ce matin-là, Bénie se sentait légère comme une plume et elle tenait à partager avec sa mère la seule pensée qu’elle avait dans sa tête

– Maman, tu sais ce qui me réjouit le plus ?

– Dis-moi, ma fille.

– C’est l’idée ; la simple idée que je vais enfin pouvoir rembourser mes dettes ! Je dois plus d’un an de loyer! Tu t’imagines? Heureusement que mon propriétaire est compréhensif…

– Ah ça ! C’est très important, ma chérie. Il le faut absolument. Je sais que tu le feras et tu le feras bien

– Maman, je vais en faire ma priorité. Je ne veux  devoir de l’argent à personne! Il y a quelques mois, une amie m’a invité à une conférence où j’ai appris la signification et les conséquences d’avoir des dettes! Ha! Quand je suis rentrée, j’ai noté dans mon journal que je veux payer toutes mes dettes. Je me sens lourde et ça me fatigue. Je veux être libre de ce fardeau. Je veux avancer dans ma vie, réaliser mes projets et réussir. Cela n’est pas possible si je reste endettée. Maman, ce travail m’a été envoyé : c’est clair. C’est un miracle et rien d’autre. Ce n’est pas un hazard. J’ai prié souvent pour pouvoir rembourser. Je vais tout rembourser, c’est ma priorité. Et le reste, Dieu pourvoira. J’ai confiance.

– Dieu n’abandonne pas ses enfants. Nous allons prier. Ça va aller.

Avant de partir, la maman de Bénie lui demande les nouvelles du tribunal. Comme d’habitude, depuis 2 ans, elle se soucie de savoir ce qui se passe et elle encourage Bénie à rester forte et confiante.

– Et pour le tribunal ? C’est quand la prochaine audience ?

– Normalement, c’est pour le mardi prochain. Reste à savoir si l’audience sera utile. Avec toutes ces grèves ! Regarde, depuis 2 mois, il n’y a pas vraiment eu d’audience. C’est fatiguant, maman. Mais il faut rester solide. Pas de choix car Nipo n’est pas du tout le genre d’homme sur qui je peux compter pour un vrai divorce à l’amiable.

– Ah oui ! ça l’amuse c’est clair. C’est lui qui ne signe pas pour le divorce et après il t’accuse d’être la cause du procès…

– Il s’amuse, maman je t’assure. Avant, ça m’agaçait tellement ! ça me rendait malade parce que je ne comprenais pas. Mais maintenant j’en suis protégée, je crois. 

– Il continue de ne pas verser la pension alimentaire ?

– Hum! Il ne verse pas l’agent. Il ne fait que se plaindre et essayer de me provoquer. La dernière fois il m’a envoyé un message tellement cynique. Attends, je te le montre.

Bénie prends son téléphone et montre les messages à sa mère.

230619

Dès qu’elle a lu, la maman de Bénie s’est écrié : « Mais Nipo est vraiment malade ! Quand il en aura les moyens ? Donc actuellement ses enfants peuvent mourir de faim, ils mangeront quand il en aura les moyens ! Wow« 

– Laisse tomber maman. Il s’amuse. Il n’a pas les moyens de donner la pension alimentaire pour ses enfants mais il a les moyens de construire sa maison, acheter des voitures, aller en weekend dans les hôtels, prendre une nouvelle femme et commencer à faire d’autres enfants.

– Il se fout du monde vraiment !

– C’est exactement ça. Il s’en fout de moi, des enfants, de tout. Lui seul est important à ses yeux. Dieu merci j’ai fini par le comprendre…

– Quand je pense à comment il vient ici chez toi les week-ends pour prendre les enfants ! Avec sourire et tout. On dirait un  papa normal !

– C’est juste pour frimer devant ses « amis », sortir à la plage ou dans les hôtels… ça fait deux ans que je suis ici avec les enfants, il sait que je n’ai pas de revenus fixes et pourtant il n’a jamais rien amené à manger ; même pas un kilo de riz, ou un litre de lait ou même un morceau de sucre. Rien !

– On devrait lui interdire de voir les enfants. Un homme qui ne sait pas qu’il doit se débrouiller pour que ses enfants mangent bien ! Il ne mérite même pas de les voir en réalité.

– Je sais maman. Je sais. Il ne le mérite pas. Je fais pour les enfants, pas pour lui. De toute façon, je sais qu’il ne nous aime pas plus qu’il aime sa maison ou ses voitures. Mais je dois continuer à faire l’effort de tenir bon pour les enfants. Si non, ils seront blessés à leur tour…C’est ça le cercle vicieux de la violence…Je me suis donnée comme défi de ne pas endurcir mon cœur à cause des agissements provocateurs de Nipo. Ce serait un trop grand sacrifice de plus, après tout le mal qu’il m’a fait vivre. C’est à moi de mettre un terme à la souffrance. Lui s’en fout de toute façon…

– Que Dieu t’aide ma fille. Vraiment ce n’est pas facile!

– Pas du tout facile, maman. Mais je vais relever les défi. Je n’ai pas le choix. C’est moi-même qui me suis mise dans cette galère…

Le jour où Bénie avait reçu ce message de Nipo, elle l’avait lu calmement et mais elle s’était sentie ahurie de constater qu’un homme « intelligent » puisse être aussi méchant et inconscient. En lisant ce message, Bénie a eu une confirmation de plus qu’elle avait pris la bonne décision en choisissant de divorcer et de ne plus se remettre dans une relation toxique.

À chaque fois que Nipo lui montrait son visage de MPN, Bénie remerciait Dieu d’avoir eu la possibilité et le courage de le quitter. 

Remercier…Exprimer la Gratitude…Bénie a travaillé sur cela pendant 2 ans et cela l’a sauvée d’une descente aux enfer qui semblait la guetter de près.

Episode1 bis

Cette nuit-là, avant de s’en dormir, Bénie a repensé encore à cet e-mail reçu l’après-midi et elle a dit : Merci l’Univers pour ce Miracle. Merci pour ce travail. Merci Merci Merci ! Je vais recommencer à travailler, rembourser mes dettes, me reconstruire au calme avec les enfants et vivre tranquillement ma vie, se dit Bénie.

Divorcée dans sa tête et dans son cœur, Bénie attends que la justice décide et que ce soit enfin officiel. Elle sait que cela ne va pas tarder….

Peace & Love,

AmaZone.

Pour lire la suite: Episode 2.

Auteur : Faby I. AmaZone

Auteure et Blogueuse. Passionnée par le Bien-être, la Santé Mentale et comportementale, le Développement Personnel et la Spiritualité.

2 réflexions sur « Episode 1 [BÉNIE] Le début du commencement. »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s