Grâce à Maître Marie-Elise GBEDO, j’ai le droit de vivre avec mes enfants.

En préparant cet article, j’ai beaucoup hésité sur le titre que je devais lui donner. « Grâce à Maître Marie-Elise Gbedo« , j’en était sûre. Mais comment formuler la suite? J’étais partagée entre « j’ai le droit de vivre avec mes enfants » et « mes enfants ont le droit de vivre avec leur mère. » En réalité les deux phrases sont correctes et valables pour ce que je veux écrire; mais je ne pouvais pas les mettre ensemble dans le titre au risque d’avoir un titre trop long. J’ai donc dû choisir et j’ai choisi « j’ai le droit de vivre avec mes enfants ». Après tout, c’est moi qui veux raconter mon histoire comme je l’ai vécue et les leçons que cela m’a enseignées. L’histoire en question est l’histoire de ma bataille juridique pour avoir la garde de mes deux enfants

Dans cette histoire, Me Gbedo a été pour moi une véritable super-héroïne. Elle n’a pas été seulement mon Conseil devant les juges. Elle m’a soutenue pour de vrai et elle m’ a donné de la force. Elle m’a surtout encouragé à faire confiance en la justice béninoise, ce qui n’était pas du tout évident à partir du moment où j’avais eu l’impression que la justice béninoise était une justice injuste. Grâce à Me Gbedo, j’ai pu y croire, tenir bon et avoir la justice que je demandais.

« Si c’est moi qui vous défend, ils ne vous prendront pas vos enfants ». Cette phrase a été dite par Me Gbedo le 27 Août 2017 au Golden Tulip Hôtel de Cotonou. Je m’en souviens comme si c’était hier.

Me Marie-Elise Gbedo à la rencontre Kariba Women au Golden Tulip Hôtel, le 27 Août 2017

Elle était l’invitée principale d’une rencontre des femmes et elle était venue nous entretenir sur plusieurs sujets en rapport avec les droits des femmes et le leadership féminin en général. C’est en répondant à une question d’une participante qu’elle a prononcé cette phrase qui est restée dans ma tête comme une promesse. Pourtant à l’époque, j’avais une autre avocate et j’étais en attente du jugement de mon divorce. Ma procédure devant le tribunal de première instance de Cotonou était en cours depuis deux ans.

Ce jour-là au Golden Tulip, j’écoutais Me Gbedo et je regrettait de ne pas l’avoir eu comme avocate dès le début. Biensur, j’étais allée la voir mais elle n’était pas disponible parce qu’elle était en campagne pour l’élection présidentielle de 2016.

Par la suite, j’ai rencontré Me Gbedo à plusieurs reprises dans le cadre de la publication du livre Au mal masque-Résilience, livre qu’elle a accepté de préfacer en juin 2018. A ce moment-là, je ne savais pas encore qu’une grosse déception m’attendait et que Me Gbedo allait être ma seule bouée de sauvetage. Cette grosse déception arriva en début du mois d’Août 2018 avec le jugement de divorce et la perte de la garde des enfants. J’ai été anéantie par ce jugement que je trouvais hautement injuste et injustifié, d’autant plus qu’il était rendu par une femme juge. Et surtout, j’ai été déçue d’apprendre que mon avocate d’alors était de connivence avec mon ex mari et qu’elle aurait œuvré à ce que je perde le droit de vivre avec mes enfants. Pire : j’ai été choquée de constater combien l’intérêt supérieur des enfants est si peu considéré par certaines femmes juristes. Et je me demandais si ces femmes juriste savent vraiment ce que c’est un Manipulateur Pervers Narcissique? J’avais envie d’aller les voir pour leur donner des copies de Au mal masqué-Résilience à lire, mais j’ai fini par me raisonner : à quoi bon? Elle s’en foutent probablement…Dommage .

Avec Me Marie-Elise Gbedo à Le Centre, le 27 Octobre 2018

Quand le jugement a été rendu, je n’arrêtais pas de (me) demander POURQUOI ? COMMENT ? Plusieurs personnes ont essayé de m’aider à comprendre : « Oh, tu sais, c’est le Bénin. C’est l’argent qui décide.. »; « Oh! tu sais, ici, c’est toujours les hommes qui gagnent » « Ah! Il a du les payer! Il y a tout un réseau d’avocats spécialisés en ça » « Hum! peut-être que ces femmes juristes sont elles-mêmes des victimes qui s’ignorent! » etc… etc…Mais la seule réponse qui a été la meilleure pour moi a été celle de Me Gbedo. Elle m’a dit : « Oubliez les questions et allez faire appel de ce jugement. Faites le tout de suite, demain matin très tôt; N’attendez pas un jour de plus; FAITES APPEL. » Celle qui était mon avocate ne m’a pas donné ce sage conseil. Ses collaborateurs ne m’ont même pas appelée pour m’informer du jugement rendu (vu que je n’y étais pas), c’est moi qui les ai appelé pour savoir la décision rendue par la juge. Et personne parmi eux ne m’a invité à aller faire appel rapidement. c’est Me Gbedo qui m’a informé de ce qu’il fallait faire.

C’est ainsi que Me Gbedo est devenue mon avocate et ce fût le début d’une grande aventure qui allait beaucoup la fatiguer. Plusieurs fois, elle a été étonnée des agissements de mon ex-mari et des décisions de certains juges. Plusieurs fois, elle a eu à me dire « Je n’ai jamais vu ça » ou « Je n’ai jamais eu une affaire aussi compliquée que la votre ».

Quand j’ai fait appel, mon cœur s’est un peu apaisé parce que j’espérais que les enfants allaient rester avec moi en attendant la décision de la Cour d’Appel. Mais mon apaisement a été de courte durée. En Novembre 2018, mon ex-mari a décidé de garder les enfants chez lui et de me refuser de les voir. Par la suite, il a décidé de m’empêcher de les avoir ensemble en visite chez moi et j’ai du gérer cette séparation des enfants pendant plus d’un an. Devant cette situation, et en attendant le procès devant la cours d’appel, Me Gbedo a tout tenté pou faire revenir les enfants chez moi, en vain. Après plusieurs audiences en 2019 et une enquête sociale ordonnée par un premier juge des enfants, mon dossier passa devant un deuxième juge des enfants qui rendit un jugement en déclarant le tribunal incompétent! Cette procédure a duré 1 an.

Après chaque déception, Me Gbedo me disait « Restez positive. Nous irons jusqu’au bout et à l’heure de Dieu, nous allons gagner. Rassurez les enfants et dites leur de prier. Nous allons gagner ». Je m’accrochais alors à ces mots. Je sais qu’il y a beaucoup de gens qui ne croient pas au pouvoir des mots mais moi j’y crois fort. Les mots d’encouragement sont magiques et très puissants; ils n’ont pas de prix car leur vraie valeur est inestimable. Avec ses mots positifs et sa foi, Me Gbedo m’a aidé à tenir. Sans elle, j’aurais peut-être pu me décourager, abandonner ou perdre mon combat.

Pour mon audience devant les juges de la Cour d’Appel de Cotonou, Me Gbedo m’a fait faire une préparation digne d’une soutenance d’une thèse de doctorat! Elle m’a invitée dans son bureau pour m’expliquer en détail la conduite à tenir devant les juges. Je devais être brève tout en disant tout l’essentiel, donner certains détails et laisser d’autres, être cohérente du début à la fin, parler avec conviction, à haute voix, sans aucune hésitation et surtout je devais avoir les mains libres et parler sans avoir des notes à lire. Je devais convaincre les juges que je suis une femme capable de m’occuper de mes enfants et soucieuse de leur bien-être avant toute autre chose.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est 20175-1.jpg
A la rencontre Kariba Women, au Golden Tulip le 27 Août 2017

Grâce à Me Gbedo, je me suis sentie en confiance devant les juges de la Cour d’Appel et j’étais sure d’être capable de les convaincre du bien fondé de mon dossier. J’ai parlé fort pour présenter ma situation et j’ai demandé qu’ils me retournent la garde des enfants et le droit de voyager avec eux sans passer par le Procureur de la République. à la fin de l’audience, j’ai senti un énorme soulagement : la joie de s’exprimer .

Après cela, il y a eu l’audience de plaidoirie où les avocats devaient dire le droit. Là, Me Gbedo a bien parlé aux juges pour appuyer ma demande et elle leur a remis une pile de notes renfermant tous les détails de ma situation et de la situation des enfants. Par la suite, une autre audience a eu lieu pour les enfants. A ce niveau, Me Gbedo m’a informé de comment je devais préparer les enfants surtout pour les rassurer afin qu’ils se sentent à l’aise de s’exprimer devant les juges au tribunal.

Visite rapide aux enfants, le 25 Décembre 2020

Raconté comme ça, on pourrait croire que toutes ces audiences se sont passées rapidement les unes après les autres; mais ce n’est pas du tout ça. Les affaires d’audiences au tribunal, c’est surtout une affaire de patience – beaucoup de patience. Surtout depuis l’avènement de la Covid-19 au Bénin et des « mesures barrières » dans les lieux publics. Entre le moment où j’ai fait appel du jugement de divorce et l’enregistrement de mon dossier à la Cour d’Appel, 5 mois sont passé. Entre l’enregistrement du dossier et la première audience à la Cour d’Appel, 12 mois sont passé. Entre la première audience et la décision finale de la Cour d’Appel, 15 mois sont passé. Au total 32 mois, soit deux ans et huit mois d’attente pour la Cour d’Appel. Avant ça, j’avais attendu aussi 32 mois pour avoir le jugement de première instance. Durée totale de la procédure : cinq ans et quatre mois.

Attendre n’était pas si difficile puisque de toutes façons je n’avais pas le choix (à part peut-être abandonner mon combat, ce qui n’était pas envisageable pour moi). Je devais attendre. Le vrai challenge, c’était de rester positive en attendant. J’ai utilisé toutes les astuces possibles pour garder mon esprit dans une bonne vibration, pour ne pas focaliser sur la peur, déprimer et éventuellement contaminer les enfants.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est img_20201122_1222225-1.jpg
22 Novembre 2020. Rester positive en attendant…

Ma crainte était que les juges décident de séparer les enfants en disant que l’un va chez papa et l’autre chez maman. Quand je pensais à cette éventualité, j’avais mal au cœur. Mais Me Gbedo me rassurait à chaque fois : « Restez positive. », disait-elle sans arrêt. Et elle avait raison!

Au début du mois d’avril 2021, la Cour d’Appel de Cotonou a enfin rendu sa décision finale en me retournant la garde des enfants comme je l’avais demandé. Je n’ai pas de mots pour exprimer ce que j’ai ressenti quand j’ai entendu le Président du tribunal prononcer ces mots : « le tribunal confie la garde des enfants à leur mère ». Un énorme poids s’est dégagé de mes épaules et je me suis sentie légère! Ouf ouf ouf!

Je sais que cette victoire a été possible grâce à plusieurs choses : la compétence et l’engagement de Me Gbedo pour la Justice, ma résilience, la volonté des enfants et l’impartialité des juges de la Cour d’Appel de Cotonou. Il fallu investir du temps, de l’énergie, de l’argent; et je n’aurais pas pu y parvenir si je n’avais pas tous ces moyens. Il y a eu aussi le soutien moral de mes proches et de mes collègues de travail.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est img_20201219_11375354.jpg
19 Décembre 2020 au CALVIF; Rester positive, servir, inspirer.

Je suis sure que je n’aurais pas pu aussi bien m’en sortir sans les encouragements et les ondes positives de mon entourage. C’est pour cela que je me sens reconnaissante envers tout et envers tous ceux et toutes celles qui m’ont soutenue. Merci à Me Marie-Elise Gbedo et à ses collaborateurs. Merci aux Juges de la Cour d’Appel de Cotonou. Merci à mes parents. Merci à mes enfants. Merci à mes amis. Merci à mes collègues. Merci à tous!

Tout est grâce! Cette victoire reste avant tout une bénédiction. Une bénédiction de plus! Restons donc dans la Gratitude.

Quant aux détails, suspenses, rebondissements et leçons de toute cette histoire (et de sa génèse aussi), il est clair que je ne pourrais pas tout décrire dans un seul article. Pour tout raconter, je pense qu’il faudrait tout… un livre !

Peace & Love,

AmaZone.

Faut-il choisir entre être heureux et être au courant ?

J’ai constaté qu’il y a beaucoup de personnes qui croient qu’elles doivent choisir entre être heureux et être au courant des choses. Ces personnes pensent que « la vérité est trop dure » et que « quand on apprend la vérité, on ne peut que déprimer.» Elles parlent de ces philosophes qui, à force de « sciencer sur la vie », ont fini par « devenir fous ». Il y a aussi toutes ces personnes qui finissent par devenir aigries, ultra-méfiantes, paranoïaques, fanatiques ou complotistes extrémistes.

Je comprends ces personnes parce que j’ai été là. À un moment de ma vie, moi aussi j’ai ressenti de la souffrance en apprenant des choses…

Ce n’est pas facile de vivre heureux en sachant qu’il se passe des choses cachées et pas du tout bonnes dans le monde, surtout  en matière de politique et de géopolitique.

Ce n’est pas facile de se sentir bien, en sachant qu’au moment où certains meurent de faim, d’autres sont obligés de surproduire et de détruire de la nourriture.

Ce n’est pas facile de réaliser que les guerres et les crimes contre l’humanité n’éclatent pas par hasard.

Ce n’est pas facile d’apprendre que tous les accidents ne sont pas des accidents.

Ce n’est pas facile de constater que quand on parle de la santé, on parle plus des maladies, des médecins et des médicaments.

Ce n’est pas facile de savoir que l’Histoire – notre Histoire- n’est peut-être pas exactement celle qu’on nous a appris.

Ce n’est pas facile d’apprendre que nos aînés, nos leaders en qui nous avons placé notre confiance sont ceux qui maltraitent nos enfants dans les maisons, les bureaux et les églises.

Ce n’est pas facile de voir ou de vivre les injustices lorsque nous sommes des femmes, des noirs, des jeunes, des vieux, des handicapés, des malades, de telles ou telles ethnies, etc…

C’est vrai, ce n’est pas facile. Ce n’est pas évident. Mais faut-il pour autant croire qu’il vaut mieux pour vous de vivre dans l’ignorance pour pouvoir vous sentir heureux ?

Allez-vous arrêter  d’apprendre et de chercher à comprendre les choses de la vie jusque parce que vous avez peur que ce que vous allez découvrir va vous faire souffrir ?

Est-ce à dire que vous préférez vraiment ne pas savoir ? Ou c’est plutôt parce que vous voulez savoir mais sans payer le prix de la souffrance ?

Réfléchissez bien !

Lorsqu’on apprend des choses sur la vie et sur le monde qui nous entoure, il est normal d’être choqué et d’en souffrir. Mais comme on le dit souvent, la souffrance n’est pas l’état permanent dans lequel nous sommes sensés vivre et prospérer. La souffrance est juste un chemin qui mène vers le mieux-être.

Et contrairement à ceux que beaucoup croient, ce n’est pas le fait de souffrir qui nous rend plus forts. Ce qui nous rend plus forts, c’est de traverser la souffrance et de garder de la joie en nous. Ce qui vous rend forts, c’est de faire de votre souffrance, une voie qui vous mène à être heureux.

Vous ne pouvez pas savoir combien de temps cela va vous prendre pour ne plus souffrir de ce que vous apprenez aujourd’hui. De même, vous manquez peut-être d’énergie positive pour vous imaginer tout le bien que la Connaissance pourra vous apporter dans le futur.

Mais sachez que vous êtes responsable de vous engager. Et cela commence par le simple fait de décider d’apprendre et d’accepter la souffrance qui va avec.

Le jour où vous refusez de lire, d’écouter, d’observer et de réfléchir PAR VOUS-MÊMES, c’est le jour où vous vous conformez dans l’ignorance ; vous faites de l’ignorance votre zone de confort. Et quelle que soit la raison que vous vous donnerez pour justifier ce choix, sachez que cette raison n’aura d’autre utilité que de rassurer votre ego et de mentir à votre propre conscience. Votre état d’être heureux dans l’ignorance ne durera pas. Vous l’apprendrez peut-être à vos dépends, c’est à vous de voir.

En ce qui me concerne, je pense que dans la vie il vaut mieux chercher à apprendre et à comprendre. Toujours. Et je sais qu’il est possible d’être heureux et de se sentir bien malgré tout.

On ne vous injectera pas la joie dans un sérum. Il faudra l’installer vous-même!

Comme je l’ai partagé dans Mon Apprentissage du Chemin de la Gratitude , il ne suffit pas d’apprendre les choses pour (se) changer. Il faut surtout pratiquer. Et ce que vous devez pratiquer pour vous sentir bien face aux réalités du monde, c’est : l’ACCEPTATION, le DÉTACHEMENT, le LÂCHER-PRISE, la GRATITUDE et la FOI.

Il y a des choses que vous ne pouvez pas changer et il y a des choses que vous pouvez changer. Apprendre vous permet d’en connaitre la différence.

Apprendre vous permet de focaliser sur ce que vous pouvez changer et d’accepter ce que vous ne pouvez pas changer.

Apprendre vous permet de contribuer au changement global par un changement de vous-même.

Continuez d’apprendre et restez confiants. Un jour, vous vous sentirez bien avec toutes vos connaissances. On ne finit jamais d’apprendre…

Peace & Love,

AmaZone

[C O M P R E N D R E] #2 : La leader confuse.

Ce jour-là tu es avec une grande dame ; une dame respectable. Elle te parle de quelque chose à faire et tu lui réponds que tu ne seras pas disponible à la date mentionnée parce que ce jour-là tu auras une audience au tribunal pour ton divorce. Elle s’étonne : « Wow ! Ça continue encore ? Je croyais que c’était déjà fini ». Tu souris. Tu lui réponds poliment que ce n’est pas encore fini mais que ça finira bientôt surement

Lire la suite

[C O M P R E N D R E] #1 : Les rivaux : les idiots.

C’est l’histoire de deux idiots qui t’ont permis de comprendre comment fonctionne le monde de l’idiotie. Ça t’a pris du temps pour comprendre mais tu as fini par comprendre, c’est le plus important….Tu as fini par comprendre que tu avais tort : les idiots ne comprennent rien…

Lire la suite

10 choses que VOUS DEVEZ ÉVITER, face à un manipulateur pervers narcissique.

Beaucoup de femmes qui ont affaire à des Manipulateurs Pervers Narcissiques (lire les comportements des MPN  ici), sont souvent dans des illusions terribles. Que vous soyez mariées, divorcée ou juste en couple avec un MPN, sachez que VOUS DEVEZ FAIRE UN TRAVAIL SUR VOUS-MÊME pour savoir gérer la vie avec ce genre d’individus. Votre  Bien-être et votre Santé en dépendent ! Et il y a des choses qu’il vaut  mieux éviter quand on est en relation avec un MPN. Voici 10 choses que VOUS DEVEZ EVITER.

Lire la suite

Fais-moi pas vomir !

Nous vivons dans un monde bizarre où les hommes aux comportements étranges se font passer pour des  chefs intelligents et des demi-dieux tout puissants. C’est  vraiment incroyable. Des types nuls font semblant d’être des connaisseurs alors qu’ils ne savent rien de la Vie. Des vrais comédiens. Quand on les voit manipuler des formules complexes des sciences, exceller dans les sports ou dans les affaires, on croit à tort qu’ils sont  intelligents. Bon ! Maintenant, nous avons aussi des  « smart »  phones donc pourquoi pas des  « smart » hommes ? C’est beau les machines. Si au moins ils n’étaient pas des robots méchants.

Lire la suite

Refaire sa vie

J’entends de plus en plus ce genre de questions : « Est-ce que tu vas refaire ta vie ? Quand est-ce que tu vas refaire ta vie? » ou « Il faut vite refaire ta vie ! » Je les trouve tellement intéressantes et rassurantes : J’ai déjà commencé à refaire ma vie. « Ah bon ? Tu as refait ta vie ? Mais AVEC QUI ?!! » Ah ! Et c’est là que ça devient intéressant.

Lire la suite

Dossier de divorce 092015 : Amazone Bénie contre Monsieur Manip.

Ce jour-là, c’est un vendredi du mois de Décembre. Amazone Bénie doit se rendre au tribunal car il y a audience. Comme des milliers de femmes dans le monde, elle est en procédure de divorce pour mettre fin (officiellement) à son mariage qui a fini par devenir un enfer malgré le paradis espéré 10 ans plutôt. Les audiences ça se passe très tôt. Il faut être présent au tribunal  à 8 heures ! Donc elle s’est levée très tôt. Elle s’est lavée d’abord. Ensuite… Lire la suite

Rejoins la Génération Consciente au-delà de tout clivage (races, ethnies,…)

Rejoins la Génération Consciente de ceux qui savent que les  amoko existent, que la Diversité est une grâce et que dans cet Univers il y a une vie au-delà des amoko.

Récemment, une amie m’a invitée à lire un article de Claudine Kuradusenge publié sur jambonews.net et les réactions des rwandais sur le réseau social Facebook. L’article est intitulé:  « Denied Victimhood and Contested Narratives: The Case of Hutu Diaspora »

Lire la suite

Détrompez-vous sur l’humilité et la gentillesse des MPN !

Il y a des personnes qui n’ont pas encore compris en quoi consiste le jeu des Manipulateurs Pervers Narcissiques. Ces personnes sont celles qui sont toujours étonnées ou scandalisées quand on leur dit que leurs idoles sont en fait des MPN ! Ces personnes sont celles qui nous disent « Oh, Tu peux me dire tout mais je ne veux pas qu’on me dise qu’il est un manipulateur ou un pervers !». C’est tellement drôle et triste car souvent ceux qui disent cela le disent juste après avoir été bien manipulés par les MPN ! Dommage. 

Lire la suite